COMPRENDRE D’OÙ L’ON VIENT

234268886

Ce que nous sommes aujourd’hui est la résultante d’un grand nombre de facteurs. Expériences personnelles, expériences interpersonnelles, éducation, lien social et culturel, lien familial… Nous pouvons citer grand nombre d’éléments qui permettent de « décoder » ce que nous sommes, ce que nous faisons, ce que nous souhaitons. Chacun de nos actes semble donc avoir une raison, consciente ou inconsciente.

Et, comme de bien entendu, tout commence à la conception. Comme de bien entendu, même s’il est peu fréquent d’y penser. 
Pourtant, ce qui a entouré notre conception, les circonstances de la grossesse, et de l’accouchement, les premiers moments de notre vie, sont déterminants dans ce que nous serons.

Aussi je demande souvent à ceux qui me consultent s’ils connaissent les conditions de leur conception, et de leur vie pré-natale. 
Viennent alors des fragments d’histoire, des bribes, comme un puzzle auquel il manque des pièces mais qu’il faut pourtant reconstituer.

« J’étais désirée. Mais pendant la grossesse, mes parents ont du quitter le pays où ils vivaient. Ils se sont expatriés de force. Ils ont fait beaucoup de route en voiture. Ma mère devait être très fatiguée. Je suis née avant terme. »
« Je suis le dernier de quatre enfants. Je suis plus jeune, il y a beaucoup d’écart entre le troisième et moi. Maman était encore assez jeune quand je suis né. Papa était plus âgé. Maman ne veut toujours pas vieillir. Elle est toujours très jeune. Elle refuse le statut de grand-mère. Elle n’aime pas ma petite amie. »
« Je suis né 10 mois après ma soeur. C’était un bébé mort-né. On s’appelle Dominique tous les deux. »
Les témoignages rapportés ici le sont de manière concise. Il faut parfois plusieurs entretiens pour amener le consultant à se confier, à se livrer, voir à comprendre exactement ce qui lui est demandé. Ayant grandi avec des vérités, ou des secrets, parfois les deux, parfois chacun étant bien arrangé en fonction des désirs et intérêt familiaux, cette part intime de mon interlocuteur est enfouie et demeure difficile à mettre en pleine lumière. 
Quoiqu’il en soit, le contexte de la conception, et de la grossesse, détermine les premières injonctions que l’enfant puis l’adulte va recevoir.

Quelles que soient les circonstances, le bébé se voit dès la naissance attribuer un rôle qu’il ne peut choisir et déterminer. Il a ainsi une place prédéfinie. Le plus souvent, l’enfant puis l’adulte va rester fidèle à cette place. 
Plus discret encore, mais plus frappant quand mis en lumière est le choix du prénom. Il s’agit souvent de prénom familial, à histoire. Le choix du prénom ne peut se décoder qu’à partir du contexte. 
Très souvent lourd de sens et de passé, même s’il semble anodin, le prénom imprime déjà une trace sur l’enfant.

Je prendrai deux exemples particulièrement frappants. Ces deux exemples montrent le poids de la transmission, du devoir, de la responsabilité reposant sur l’enfant alors même qu’il n’est encore qu’au berceau. Et vous invite à y réfléchir. 
Dans les deux cas, les enfants sont issus de couples où la figure paternelle est omniprésente, vécue comme toxique par certains des enfants.



- Madame X m’appelle pour prendre un rendez-vous. Elle est séparée de son mari. La séparation fait suite à plusieurs années douloureuses, où la violence psychologique est sous-jacente. Madame X veut renouer avec ses fils qui sont dévoués corps et âme à leur père. Elle ne sait comment s’y prendre. Au cours de la discussion, elle me parle de son dernier fils, le moins fidèle au père, Jean-… Puis elle m’évoque un autre Jean-… je lui demande de me préciser de qui il s’agit. « De mon mari ! » Elle me parle alors des deux aînés, sans les citer. Je l’interroge : quels sont leurs prénoms ? Les trois fils s’appellent Jean-… Seul le deuxième prénom change. Mais comme leur père, ils portent un prénom composé, le premier des deux étant Jean. Le dernier fils porte en deuxième prénom celui de son grand-père maternel.

– Monsieur Y vient me voir depuis plusieurs fois. Il est en colère contre son père. Il ne comprend pas pourquoi. C’est une colère apparemment infondée. Le père s’est toujours bien comporté, les relations n’ont jamais été conflictuelles. Un jour, il me dit : « Cette fois, Pierre est allé trop loin ! » Qui est ce Pierre ? Son père. Il me parle ensuite de son frère aîné, Yves. Yves n’a aucun souci avec leur père. Pour en avoir parlé ensemble, la colère ressentie par mon client n’est pas partagée par Yves, qui d’ailleurs ne la comprend pas. Quelques semaines plus tard, mon client m’indique que sa femme est enceinte. Si c’est un garçon, il s’appellera Pierre. Comme votre père ? Oui, ça lui fera plaisir. Et vous ? Moi ? Ce sera lui donner le prénom que je n’ai pas porté. Je lui demande de préciser. Son frère, Yves, porte en deuxième prénom celui de leur père. Mon client ne le porte pas. Inconsciemment, il se sent non désiré, rejeté, et cherche à se racheter aux yeux de son père en donnant à son futur enfant le prénom du grand-père.
Ils ont eu une fille. C’est sa femme qui a choisi le prénom. Qui n’avait aucune trace familiale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s