LA REMONTÉE D’UN TRAUMATISME

_859e3b76769d6313ddb0bd9316c-post

J’entends ici par « traumatisme » les traumatismes psychiques. 
Et avant même de parler de traumatisme, il faut déjà le distinguer du trauma en tant que tel.

De manière très concise, le trauma est le choc, le coup reçu par un individu. Le traumatisme est la représentation que l’individu se fait de ce coup. C’est une image, une perception, une sensation. La présence du traumatisme, liée au souvenir du trauma, peut être vécue de manière permanente, ou ponctuelle. L’individu n’est pas toujours conscient du traumatisme, et encore moins de ses conséquences. Il peut vivre un état d’anxiété, une souffrance physique, il peut développer des maladies sans en comprendre la cause. Le traumatisme est pathogène, de manière plus ou moins élevée, en fonction des individus. 
Il peut aussi remonter alors qu’il semble avoir été « absorbé ». C’est ce que j’appelle « la mauvaise madeleine ».

Je vois arriver en consultation, pour un coaching a priori « classique » (changement d’orientation professionnelle, gestion d’un conflit avec un adolescent, ou perte de poids…) des personnes qui ne semblent pas avoir vécu de traumatisme. Qui n’en évoquent aucun, qui exposent leur situation, et cherchent une résolution à cette difficulté.
Difficulté qu’il me faut comprendre, avec ses spécificités, ses enjeux particuliers, ses motivations propres à chacun. Nous analysons cette difficulté ensemble, par le biais du questionnement, de plus en plus précis, afin de nous concentrer réellement sur la question, et ses enjeux. Ceci permet de déterminer l’objectif précis à atteindre et le processus à suivre pour l’atteindre.

Pas de dramatisation : lors de cet, ces entretiens, des traumatismes n’apparaissent pas à chaque fois. Parce qu’inexistants, parce que déjà compris et réglés, parce que sans conséquence dans le cas précis.
Pourtant, le questionnement permet d’en soulever, dans certains cas. De les pointer du doigt.

Ainsi avec cette jeune femme, en conflit avec son fils qui ne veut pas travailler, malgré l’approche des épreuves du baccalauréat. Il refuse de réviser, il ne fait rien, il ne semble avoir d’intérêt pour rien. Elle n’arrive pas à le motiver. Elle se sent incomprise et rejetée par son fils. Le conflit est de plus en plus profond, c’est ainsi qu’elle l’exprime. Elle précise vouloir son bonheur, mais que son bonheur ne peut passer que par l’indépendance et l’autonomie financière. Donc un travail. Donc un diplôme. Donc une réussite à ses examens. CQFD.
Je questionne. Je reformule. Je fais préciser les intérêts, les enjeux, les motivations. Pour la mère et son fils.
Elle fixe son regard ailleurs, elle qui me regarde toujours dans les yeux. Elle doit réussir. C’est un devoir, une responsabilité. Une obligation. Elle-même avait des difficultés scolaires. Un redoublement en CM1, alors que, dernière d’une fratrie de cinq enfants, ses aînés réussissaient sans difficulté. Vilain petit canard d’une famille accumulant les diplômes, elle se retrouve en échec scolaire en 3eme et est orientée. Elle rate son bac pro – la honte de la famille ! « Tu n’es bonne qu’à marier, et encore ! ». Les encouragements paternels sont reproches et réprimandes. Le réconfort de sa mère se traduit ainsi : « Fais un effort pour qu’il ne se fâche pas contre toi… Tu sais que ça le rendrait fier ! » Hop, une bonne couche de culpabilité garantie maison, après une dévalorisation et un dénigrement des qualités autres que scolaires.
Car cette jeune femme chante, fait partie d’une chorale, joue du piano et suit les cours du conservatoire, compose… Mais un artiste, c’est « un poids pour la société, un bohème, ça ne gagne pas sa vie, ça ne rapporte rien ! ». Le père n’a d’yeux que pour la réussite professionnelle et matérielle, la mère s’efface et se tait. Elle renonce au piano. Elle arrête de chanter. À 18 ans, elle rencontre un jeune homme. Il est amoureux d’elle ; elle ne l’aime pas vraiment. Il fait une grande école. Il va plaire à ses parents. Elle l’épouse.
Elle est malheureuse.
Elle a renoncé à ses rêves et ses passions. Elle ne vit pas la vie qu’elle espère. Elle transfère sur son fils son désir de réussite.
Pour prouver qu’elle a pu réussir. Pour le prouver à son père.
Elle fond en larmes.
« J’ai peur de ce qu’il va dire si mon fils échoue. J’aurais fait un raté, comme moi. »

Tout ceci ne s’est pas dit en un seul entretien. L’image du père-censeur et juge apparaît peu à peu ; mais c’est à elle de la verbaliser, et non à moi. Je la laisse faire, et dire. Je l’amène à comprendre non seulement l’importance, la réelle importance, de la réussite scolaire de son fils, mais bien au-delà, elle pointe du doigt ce qu’elle a tu pendant des années : son traumatisme. Le rejet. Le dénigrement. Être la honte de la famille.

Nous reprenons le travail. Il ne s’agit plus de régler un conflit mère-fils qui se cristallise autour du travail scolaire, mais de construire au-delà du traumatisme. De reconstruire la confiance en soi, l’estime de soi, qui sont inexistantes.

Il faut créer une motivation. Lever les freins. Supprimer les blocages. Les croyances négatives. Fixer un objectif – dans son cas, un objectif de vie.

Cette jeune femme est retournée au conservatoire. Elle s’y est inscrite. Elle veut recommencer à composer. Et enseigner.
Son fils a réussi correctement ses examens.
Les relations entre la mère et le fils sont apaisées.
Elle ne génère pas de nouvelle frustration. Il ne gère plus celles du passé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s