LES PILIERS DE L’ESTIME DE SOI

2099d19_8_4ce83c4422513f66_8-post

Comme toute construction, l’estime de soi n’est viable que si elle repose sur de solides fondations. Or, la notion d’estime de soi étant fondamentale dans tout processus thérapeutique d’accompagnement, connaître ses piliers afin de déterminer leur présence, leur prégnance, et leur solidité, est indispensable. 

L’estime de soi repose sur trois piliers : l’amour de soi, la vision de soi, et la confiance en soi. 

L’amour de soi en est la composante la plus importante. Elle revient à une acceptation inconditionnelle de soi, de ses qualités comme de ses défauts. Elle demande d’être lucide face à ses échecs. C’est un amour qui ne se fonde ni sur des performances, ni sur des résultats. Il évolue sans esprit de compétition. Il protège des déceptions, il permet de se reconstruire après un échec. 
La vision de soi est le regard que l’on porte sur soi, fondé ou pas. Parler de vision de soi revient à parler de ses convictions, de ses croyances, de la reconnaissance que l’on attribue à ses compétences et qualifications. 
La confiance en soi concerne les actes posés ; c’est la confiance que l’on a dans sa capacité à agir et à être efficace. Elle renforce le sentiment de pouvoir être qualifié(e) selon les situations posées. Elle permet de visualiser l’estime de soi : c’est sa part active et concrète. 

Une mauvaise estime de soi entraîne de nombreuses manifestations. 
On retiendra entre autres : 
– perception de soi négative (« je suis nul(le), je ne sers à rien, je n’y arriverai jamais…)
– découragement, manque de persistance, souvent perçu par le regard extérieur comme du dilettantisme ou de la peur à agir et à s’investir
– anxiété, défaut de concentration (blocage lors d’un examen, d’une épreuve orale, d’une présentation…)
– absence de projets (ce qui permet de ne pas se confronter à un éventuel échec), absence d’ambition
– procrastination : autant ne pas faire ce que je ne vais certainement pas arriver à faire correctement (sous-entendu : aux yeux des autres, soi-même devenant un autre, juge et critique)
– besoin en permanence de confirmation, d’assurance, d’avis extérieur
– la réussite est le fait d’une cause externe ; l’échec est celui de l’individu souffrant d’un manque d’estime de soi. Il ne peut en aucun cas être du à des évènements extérieurs
– résignation, pouvant aller jusqu’à la victimisation (c’est pas ma faute, de toute façon je n’arrive jamais à rien…)
– incapacité à demander de l’aide (celui/celle qui sait ne demande pas ; demander revient à montrer une faiblesse ou une lacune; C’est s’exposer aux yeux des autres… Mais sait-on réellement comment « l’autre » fonctionne ?)
– dépression et burn-out

Le niveau d’estime de soi permet de déterminer la perception et l’interprétation d’un évènement, d’une situation. Elle autorise à se positionner, puis à agir. Elle a des conséquences sur l’état et les capacités émotionnelles. 

ENTRE LA CONCESSION ET LE NON

NO

Vous ne supportez pas les conflits.
Et pour les éviter, vous êtes prêt à toutes les concessions, pour arrondir les angles. Pour ne pas mettre un terme à une relation. Ou parce que vous avez appris le mot « concession » et en faites une règle de vie. Quitte à vous oublier. Concéder, étymologiquement, revient à  : céder avec. Vous cédez avec l’autre. Vous cédez une part de vous, sans mesurer l’importance qu’a cette part, pour vous. Et vous vous laissez grignoter.

Vous pensez oublier ces petites concessions. Consciemment, vous le faites; Mais votre inconscient les engrange. Un jour ou l’autre, il les fait remonter à la surface. Ce qui n’était pas résolu réapparaît, et avec d’autant plus de violence qu’il aura été étouffé.

C’est pour cela qu’il est indispensable de savoir poser des limites. Et pour cela, d’apprendre à dire « non ».
Je ne parle pas du « non » systématique du petit enfant, qui va s’opposer à tout pour se mesurer à l’autorité ; mais également parce qu’il est dans la recherche des limites, justement qu’on pourrait lui poser. Je parle du « non » qu’on peut fixer aux autres pour ne pas se laisser envahir et déborder.
Et avant ce « non » social, relationnel, le « non » qu’on se pose, à soi.

Ce « non » recouvre ce qui est, pour chacun de nous, en fonction de nos valeurs et de nos croyances, acceptable ou inacceptable. Ce « non » qui ne serait pas établi, déterminé, est aussi la source de confrontation, lorsque nous laissons à l’autre la possibilité de prendre toute la place dans la relation.

Ce « non », plus simplement encore, est indispensable à l’équilibre psychologique de tout être humain, et à la demande légitime de respect qu’il peut prétendre faire à son entourage personnel ou professionnel. Cela permet de structurer et de construire une identité. Nous délimitons ainsi notre territoire. L’enjeu est de savoir précisément jusqu’où nous pouvons aller, ce que nous voulons donner, et où nous nous arrêtons. Et ce tant moralement que physiquement.

LA CONFIANCE EN SOI, 1ère approche

valises

Cette notion, qui se trouve au coeur même de la psychologie, se rattache directement à d’autres, comme l’estime de soi, la reconnaissance, le sentiment de supériorité ou d’infériorité.

On pourrait donner une première définition, a contrario, de la confiance en soi. Car ceux qui n’en manquent pas ne se posent justement pas la question de savoir ce qu’est la confiance en soi. La construction de cette confiance se construit non seulement dans l’intimité de l’image que chacun se fait de lui-même, mais aussi à travers les liens qu’il est inévitable de nouer, et de nouer constamment, avec les autres.
Mais avoir confiance en soi n’est jamais définitif… Il faut non seulement la construire, et s’appuyer sur ce qui la justifie, mais il faut également, et constamment, l’enrichir, et de fait, la reconstruire, consolider les bases, lui donner de nouveaux appuis.

Plus simplement, on peut dire que la confiance en soir repose sur des évidences, mais des évidences très fragiles, car soumises à de nombreux facteurs. Prenons l’exemple simple du contexte professionnel : changer de poste, acquérir de nouvelles fonctions ou de nouvelles responsabilités demande souvent de renforcer sa confiance en soi, de lui apporter de nouveaux appuis pour éviter qu’elle ne s’effrite.

En tout état de cause, la confiance en soi a un pré-recquis : l’abandon du sentiment – enfantin – de toute puissance. Si l’on sait que le passage de l’enfance à l’adolescence puis à  l’âge adulte peut être vécu comme un deuil, c’est également à cette période que se développent l’autonomie, la responsabilité, et l’approche, concrète, de la réalité. L’éducation a alors un rôle majeur puisque c’est elle, entre autres mais en premier lieu, qui impose ou non à chacun les contraintes de la réalité extérieure.

Cette même confiance en soi exige également de pouvoir intégrer des apprentissages, ou, autrement dit, de l’expérience. Cette expérience permet de se confronter à des réalités nouvelles. Tant que l’on reste dans le sentiment de toute-puissance, l’expérience ne peut s’obtenir, puisque le tout-puissant « sait » déjà, et n’est ni désireux ni curieux de découvrir et d’apprendre.

Quant à la reconnaissance, c’est ce que nous recherchons tous et depuis le plus jeune âge : l’enfant qui guette le sourire ou la caresse de ses parents en est un bon exemple. Ce manque de construction dès l’enfance peut se ressentir à l’âge adulte, tant au niveau professionnel que personnel, avec à la fois une nécessité de plaire, de satisfaire, et une peur réelle d’un manque de compétences, de capacités, de possibilités de faire… et de réussir.

OSEZ !

Nous sommes tous, un jour ou l’autre, confrontés à la peur, au doute, à l’incertitude.
Nous le vivons comme un frein, un empêchement. Nous nous sentons « incapable de… », « inutile ». Volontairement ou non, nous nous comparons aux autres. Et les autres semblent alors tellement plus forts que nous.

Ce sentiment peut se manifester à divers moments et dans diverses situations de notre vie, personnelle ou professionnelle. Lorsqu’il faut faire un choix, prendre une décision, faire le premier pas, mettre fin à une situation qui nous handicape… Nous voulons le faire, mais nous ne pouvons pas.

Ce petit film est un message, qui se résume en quatre lettres… Dare, en anglais, ce qui veut dire : « Osez » !

CONFIANCE EN SOI ET IMAGE DE SOI

Le regard que nous portons sur nous-même, la façon dont nous nous voyons, n’est pas ceux que les autres portent sur nous.
Là où nous nous dévalorisons, d’autres trouvent en ce que nous considérons comme des défauts physiques majeurs, de la beauté, du sens, un attrait.
Le regard de l’autre est donc essentiel. Il ne faut jamais hésiter à demander à ses proches ce qu’ils pensent… Soyons bienveillants avec nous-même. Nous le valons bien.

Cette publicité Dove en est un parfait témoignage.