LA THÉRAPIE HUMANISTE

L’élément essentiel de toute forme de psychothérapie réside dans l’alliance thérapeutique entre le client et le thérapeute. Les thérapies sont centrées soit sur le client, soit sur la technique utilisée par le thérapeute.

En tant que thérapeute, j’axe mon travail dans un processus relationnel, centré autour du client, en m’appuyant sur des thérapies humanistes, dont les objectifs sont centrés autour du patient et sa capacité à développer des facultés à faire des choix personnels. La non directivité utilisée vise à libérer les tendances positives de l’individu chez qui existent des forces de changement. C’est l’introduction du postulat de l’autodétermination.
C’une conception de l’être humain qui s’exprime par les notions de respect de la personne, de responsabilité, de liberté, d’authenticité, d’expérience, de rencontre ou relationexistentielle ou alliance thérapeutique (c’est-à-dire, une relation de personne à personne et non de thérapeute à patient).

Carlrogers

Carl Rogers

Carl Rogers est un des thérapeutes les plus représentatifs de ce courant. Il affirme que six conditions sont suffisantes et nécessaires pour de telles thérapies :

– la spontanéité du thérapeute
– l’attention positive du thérapeute
– l’attitude empathique
– la perception par le client de la spontanéité, de l’attention positive et de l’empathie du thérapeute
– le contact entre le patient et le thérapeute
– l’état de dysharmonie du patient au début de la thérapie (situation de souffrance)

Le thérapeute ne doit pas user du discours paradoxal. L’empathie se manifeste par des messages verbaux et non verbaux. La reformulation va accompagner la compréhension des problèmatiques du patient par le thérapeute. La personne (patient) est accueillie telle qu’elle est, sans jugement. Le patient est ici et maintenant, c’est à dire ancré dans une réalité présente qu’il faut accepter.

En 1975, Sloane établit suite à des études les facteurs selon lui le plus important chez le thérapeute :
– sa personnalité
– l’aide apportée à la compréhension du problème
– l’encouragement face à des problèmes évités
– la capacité d’écoute
– la compréhension du thérapeute ressentie par le patient
– la responsabilisation du patient
– la compétence du thérapeute
– la confiance du thérapeute en une possible amélioration

Anne-Laure Buffet

GESTION DES CONFLITS

duel

Qu’est-ce qu’un conflit ? C’est un antagonisme, c’est-à-dire deux forces en opposition. Les conflits peuvent survenir en entreprise, au sein d’un couple, entre parents et enfants, particulièrement à la période délicate de l’adolescence.

Au cours de notre vie nous traversons des périodes difficiles tant sur le plan professionnel que personnel. Nous nous retrouvons dans des situations qui peuvent nous déstabiliser, nous rendre plus vulnérables, nous amener à nous interroger sur les solutions qui s’offrent à nous : subir, être passif, agir… Et nous savons que des relations conflictuelles génèrent nos mauvaises humeurs qui sont nocives non seulement pour nous mais aussi pour notre entourage.

Vivre le conflit de manière constructive et bien accompagnée, c’est le voir comme un désordre momentané permettant de construire l’ordre par la créativité.

Le conflit naît toujours d’un désaccord entre deux parties.

Ce désaccord peut alors faire naître :

  • La fuite : chacun abandonne la discussion et s’en va de son côté en comprenant que l’autre partie ne changera pas d’avis.
  • L’impasse : la discussion n’aboutit pas chacun tentant de prendre une position dominante. Soit l’autre se soumet et la discussion cesse, soit l’autre surenchérit et le ton monte créant le conflit.
  • L’éloignement mutuel : en l’absence d’un quelconque dialogue possible entre deux parties, chacun s’éloigne. Le conflit reste en sommeil et l’évitement ne résout pas le problème où la situation conflictuelle reste latente.
  • Le harcèlement moral : lorsqu’un conflit est résolu en apparence mais que l’un des deux acteurs garde néanmoins une certaine rancœur et ne parvient pas à lâcher-prise de ce qui s’est passé, il peut se produire un phénomène de harcèlement moral. Pour se venger d’une situation où il estime avoir été lésé, il va harceler moralement l’autre partie.

Pour gérer un conflit, il vaut mieux fonctionner sur le mode gagnant-gagnant et non pas gagnant-perdant.

Ainsi, trouver une solution à un problème entre deux personnes n’est valable que si chacun y trouve son compte. Si l’un des deux est lésé, la solution n’est pas la bonne.

  • Savoir écouter : les conflits naissent souvent d’un manque d’écoute. L’une des deux parties se concentre sur ce qu’elle a à dire, mais oublie d’écouter ce que l’autre en pense. Beaucoup de conflits naissent d’un manque d’écoute.
  • Apprendre à s’exprimer sans agressivité : lorsqu’un conflit éclate, c’est souvent parce que l’une des deux parties n’a pas su gérer ses émotions. Au lieu d’énoncer calmement les divers points divergents, elle explose en cris et l’autre surenchérit ou ne peut plus rien dire.

Les thèmes à aborder avec un coach sont :

– Quels sont les divers types de conflits que je rencontre le plus souvent ?

– Quelles sont mes valeurs fondamentales qui sont heurtées lors de ces conflits ?

– Quelles étapes je dois suivre pour résoudre un type de conflit ?

– Quelles attitudes je dois modifier chez moi ?

– Quelles stratégies je dois mettre en place pour résoudre mes situations conflictuelles ?

– Quels pièges je dois éviter ?

Le coach saura vous guider pour trouver toutes les réponses à ces questions et vous permettra de désamorcer vos conflits avant qu’ils ne vous nuisent.

Pour cela le coach vous aidera à adopter les comportements suivants :
Ne cédez pas à vos premières impulsions : elles ne sont pas réfléchies.
Écoutez votre interlocuteur : il n’a pas forcément tort. Mettez vous à sa place, vous verrez surement les choses différemment.
Conciliez votre opinion avec celle de votre interlocuteur : votre intérêt commun est de trouver un terrain d’entente
Restez honnête : la malhonnêteté finit toujours par rattraper ses auteurs qui n’en ressortent pas grandis.
Soyez humble : reconnaissez vos torts. Votre interlocuteur sera impressionné par votre capacité à vous remettre en question et ça lui donnera confiance pour poursuivre la relation avec vous.