PAPA POULE ET MAMAN COQ… UN PIÈGE POUR LES ENFANTS ?

med-poule-et-coq-visoflora-26267

Les conflits parent – enfant sont pléthores, aux causes diverses. La plus célèbre et la plus exprimée étant ce qu’on impiute à l’adolescence. Cette étape nécessaire dans la construction de la personnalité de l’enfant, pendant laquelle il cherche tant à se rebeller qu’à se conformer à un groupe social – une « tribu » – souvent à l’opposé de ce qu’il reçoit comme modèle familial / parental.

Ainsi je peux entendre :
« Il fait exprès de faire le contraire de ce que j’aime, seulement dans le but de me contrarier. »
« Son père ne veut pas comprendre qu’il faut la laisser vivre. »
« Je n’en peux plus. Ils me prennent pour leur bonne, ils ne font rien, ils se moquent de tout et sont en permanence mécontents. »

Je reçois des parents en colère, d’autres effondrés, d’autres encore entre crise de nerf et dépression, persuadés d’être responsables de tout, et en premier lieu de ce qu’ils voient comme étant un échec… Mais quel échec ? Celui de leur enfant au collège ou au lycée, échec objectif, signalé par les bulletins et le comportement, ou échec subjectif, lié à l’image que ces parents se faisaient de leur enfant, de leur enfant idéal.

Je reçois aussi de ces papa-poule ou maman-coq qui, avec une bienveillance étouffante, ne se rendent pas compte qu’ils empêchent tout simplement leur enfant d’être et de se construire. Leur objet est louable : protéger leur enfant contre les difficultés du quotidien et lui permettre de se construire sans affronter de violence quelle qu’elle soit.
Ces parents, comme les autres, se retrouvent eux aussi en conflit avec leur chères têtes blondes.
Ils ne laissent pas leurs enfants agir, prendre des décisions, s’exprimer. Ils agissent à leur place, ils évitent les difficultés et les pièges. Ils satisfont leurs besoins et leurs envies avant même que l’adolescent ne l’exprime, avant même qu’il n’ait l’idée d’un besoin quelconque.

L’enfant ne devient pas autonome. Il se sent enchaîné, ligoté, inconsciemment. Et veut « exploser » les chaînes qui le retiennent.

Faire entendre à ces parents qu’il faut lâcher la bride, que permettre aux enfants de grandir, leur laisser commettre des erreurs, les laisser faire leurs propres expériences, est indispensable pour l’enfant, devient tout aussi indispensable pour eux. Bien sûr, en restant dans un cadre vigilant et « normal ». Il n’est pas question de les laisser s’adonner à la consommation excessive de stupéfiants, de sombrer dans l’alcool, ou dans un quelconque comportement déviant et dangereux pour leur santé physique et psychique.
Mais ces parents, qui souvent arrivent démunis, ont également du mal à entendre les conseils qui peuvent leur être prodigués :
« Vous dites ça, mais vous ne le connaissez pas… »
« Je sais tout de même ce que j’ai à faire avec mon fils. »
« Je ne sais pas comment vous faites, si vous avez des enfants. Le monde aujourd’hui est si difficile, il faut les épargner… »

En discutant avec ces parents, je m’aperçois aussi qu’ils ont pour la plupart eux-même quelque chose à réparer. Un manque, une peur de l’abandon, une peur d’être jugé comme « mauvais parent », une crainte du regard extérieur, un besoin de ne pas couper le cordon pour se sentir toujours utile.
Dans ces cas, réparer le lien parent-enfant qui s’abîme revient souvent à réparer, chez l’adulte, une fragilité rendue visible par ce comportement ultra protecteur.

COMPRENDRE D’OÙ L’ON VIENT

234268886

Ce que nous sommes aujourd’hui est la résultante d’un grand nombre de facteurs. Expériences personnelles, expériences interpersonnelles, éducation, lien social et culturel, lien familial… Nous pouvons citer grand nombre d’éléments qui permettent de « décoder » ce que nous sommes, ce que nous faisons, ce que nous souhaitons. Chacun de nos actes semble donc avoir une raison, consciente ou inconsciente.

Et, comme de bien entendu, tout commence à la conception. Comme de bien entendu, même s’il est peu fréquent d’y penser. 
Pourtant, ce qui a entouré notre conception, les circonstances de la grossesse, et de l’accouchement, les premiers moments de notre vie, sont déterminants dans ce que nous serons.

Aussi je demande souvent à ceux qui me consultent s’ils connaissent les conditions de leur conception, et de leur vie pré-natale. 
Viennent alors des fragments d’histoire, des bribes, comme un puzzle auquel il manque des pièces mais qu’il faut pourtant reconstituer.

« J’étais désirée. Mais pendant la grossesse, mes parents ont du quitter le pays où ils vivaient. Ils se sont expatriés de force. Ils ont fait beaucoup de route en voiture. Ma mère devait être très fatiguée. Je suis née avant terme. »
« Je suis le dernier de quatre enfants. Je suis plus jeune, il y a beaucoup d’écart entre le troisième et moi. Maman était encore assez jeune quand je suis né. Papa était plus âgé. Maman ne veut toujours pas vieillir. Elle est toujours très jeune. Elle refuse le statut de grand-mère. Elle n’aime pas ma petite amie. »
« Je suis né 10 mois après ma soeur. C’était un bébé mort-né. On s’appelle Dominique tous les deux. »
Les témoignages rapportés ici le sont de manière concise. Il faut parfois plusieurs entretiens pour amener le consultant à se confier, à se livrer, voir à comprendre exactement ce qui lui est demandé. Ayant grandi avec des vérités, ou des secrets, parfois les deux, parfois chacun étant bien arrangé en fonction des désirs et intérêt familiaux, cette part intime de mon interlocuteur est enfouie et demeure difficile à mettre en pleine lumière. 
Quoiqu’il en soit, le contexte de la conception, et de la grossesse, détermine les premières injonctions que l’enfant puis l’adulte va recevoir.

Quelles que soient les circonstances, le bébé se voit dès la naissance attribuer un rôle qu’il ne peut choisir et déterminer. Il a ainsi une place prédéfinie. Le plus souvent, l’enfant puis l’adulte va rester fidèle à cette place. 
Plus discret encore, mais plus frappant quand mis en lumière est le choix du prénom. Il s’agit souvent de prénom familial, à histoire. Le choix du prénom ne peut se décoder qu’à partir du contexte. 
Très souvent lourd de sens et de passé, même s’il semble anodin, le prénom imprime déjà une trace sur l’enfant.

Je prendrai deux exemples particulièrement frappants. Ces deux exemples montrent le poids de la transmission, du devoir, de la responsabilité reposant sur l’enfant alors même qu’il n’est encore qu’au berceau. Et vous invite à y réfléchir. 
Dans les deux cas, les enfants sont issus de couples où la figure paternelle est omniprésente, vécue comme toxique par certains des enfants.



- Madame X m’appelle pour prendre un rendez-vous. Elle est séparée de son mari. La séparation fait suite à plusieurs années douloureuses, où la violence psychologique est sous-jacente. Madame X veut renouer avec ses fils qui sont dévoués corps et âme à leur père. Elle ne sait comment s’y prendre. Au cours de la discussion, elle me parle de son dernier fils, le moins fidèle au père, Jean-… Puis elle m’évoque un autre Jean-… je lui demande de me préciser de qui il s’agit. « De mon mari ! » Elle me parle alors des deux aînés, sans les citer. Je l’interroge : quels sont leurs prénoms ? Les trois fils s’appellent Jean-… Seul le deuxième prénom change. Mais comme leur père, ils portent un prénom composé, le premier des deux étant Jean. Le dernier fils porte en deuxième prénom celui de son grand-père maternel.

– Monsieur Y vient me voir depuis plusieurs fois. Il est en colère contre son père. Il ne comprend pas pourquoi. C’est une colère apparemment infondée. Le père s’est toujours bien comporté, les relations n’ont jamais été conflictuelles. Un jour, il me dit : « Cette fois, Pierre est allé trop loin ! » Qui est ce Pierre ? Son père. Il me parle ensuite de son frère aîné, Yves. Yves n’a aucun souci avec leur père. Pour en avoir parlé ensemble, la colère ressentie par mon client n’est pas partagée par Yves, qui d’ailleurs ne la comprend pas. Quelques semaines plus tard, mon client m’indique que sa femme est enceinte. Si c’est un garçon, il s’appellera Pierre. Comme votre père ? Oui, ça lui fera plaisir. Et vous ? Moi ? Ce sera lui donner le prénom que je n’ai pas porté. Je lui demande de préciser. Son frère, Yves, porte en deuxième prénom celui de leur père. Mon client ne le porte pas. Inconsciemment, il se sent non désiré, rejeté, et cherche à se racheter aux yeux de son père en donnant à son futur enfant le prénom du grand-père.
Ils ont eu une fille. C’est sa femme qui a choisi le prénom. Qui n’avait aucune trace familiale.

LA REMONTÉE D’UN TRAUMATISME

_859e3b76769d6313ddb0bd9316c-post

J’entends ici par « traumatisme » les traumatismes psychiques. 
Et avant même de parler de traumatisme, il faut déjà le distinguer du trauma en tant que tel.

De manière très concise, le trauma est le choc, le coup reçu par un individu. Le traumatisme est la représentation que l’individu se fait de ce coup. C’est une image, une perception, une sensation. La présence du traumatisme, liée au souvenir du trauma, peut être vécue de manière permanente, ou ponctuelle. L’individu n’est pas toujours conscient du traumatisme, et encore moins de ses conséquences. Il peut vivre un état d’anxiété, une souffrance physique, il peut développer des maladies sans en comprendre la cause. Le traumatisme est pathogène, de manière plus ou moins élevée, en fonction des individus. 
Il peut aussi remonter alors qu’il semble avoir été « absorbé ». C’est ce que j’appelle « la mauvaise madeleine ».

Je vois arriver en consultation, pour un coaching a priori « classique » (changement d’orientation professionnelle, gestion d’un conflit avec un adolescent, ou perte de poids…) des personnes qui ne semblent pas avoir vécu de traumatisme. Qui n’en évoquent aucun, qui exposent leur situation, et cherchent une résolution à cette difficulté.
Difficulté qu’il me faut comprendre, avec ses spécificités, ses enjeux particuliers, ses motivations propres à chacun. Nous analysons cette difficulté ensemble, par le biais du questionnement, de plus en plus précis, afin de nous concentrer réellement sur la question, et ses enjeux. Ceci permet de déterminer l’objectif précis à atteindre et le processus à suivre pour l’atteindre.

Pas de dramatisation : lors de cet, ces entretiens, des traumatismes n’apparaissent pas à chaque fois. Parce qu’inexistants, parce que déjà compris et réglés, parce que sans conséquence dans le cas précis.
Pourtant, le questionnement permet d’en soulever, dans certains cas. De les pointer du doigt.

Ainsi avec cette jeune femme, en conflit avec son fils qui ne veut pas travailler, malgré l’approche des épreuves du baccalauréat. Il refuse de réviser, il ne fait rien, il ne semble avoir d’intérêt pour rien. Elle n’arrive pas à le motiver. Elle se sent incomprise et rejetée par son fils. Le conflit est de plus en plus profond, c’est ainsi qu’elle l’exprime. Elle précise vouloir son bonheur, mais que son bonheur ne peut passer que par l’indépendance et l’autonomie financière. Donc un travail. Donc un diplôme. Donc une réussite à ses examens. CQFD.
Je questionne. Je reformule. Je fais préciser les intérêts, les enjeux, les motivations. Pour la mère et son fils.
Elle fixe son regard ailleurs, elle qui me regarde toujours dans les yeux. Elle doit réussir. C’est un devoir, une responsabilité. Une obligation. Elle-même avait des difficultés scolaires. Un redoublement en CM1, alors que, dernière d’une fratrie de cinq enfants, ses aînés réussissaient sans difficulté. Vilain petit canard d’une famille accumulant les diplômes, elle se retrouve en échec scolaire en 3eme et est orientée. Elle rate son bac pro – la honte de la famille ! « Tu n’es bonne qu’à marier, et encore ! ». Les encouragements paternels sont reproches et réprimandes. Le réconfort de sa mère se traduit ainsi : « Fais un effort pour qu’il ne se fâche pas contre toi… Tu sais que ça le rendrait fier ! » Hop, une bonne couche de culpabilité garantie maison, après une dévalorisation et un dénigrement des qualités autres que scolaires.
Car cette jeune femme chante, fait partie d’une chorale, joue du piano et suit les cours du conservatoire, compose… Mais un artiste, c’est « un poids pour la société, un bohème, ça ne gagne pas sa vie, ça ne rapporte rien ! ». Le père n’a d’yeux que pour la réussite professionnelle et matérielle, la mère s’efface et se tait. Elle renonce au piano. Elle arrête de chanter. À 18 ans, elle rencontre un jeune homme. Il est amoureux d’elle ; elle ne l’aime pas vraiment. Il fait une grande école. Il va plaire à ses parents. Elle l’épouse.
Elle est malheureuse.
Elle a renoncé à ses rêves et ses passions. Elle ne vit pas la vie qu’elle espère. Elle transfère sur son fils son désir de réussite.
Pour prouver qu’elle a pu réussir. Pour le prouver à son père.
Elle fond en larmes.
« J’ai peur de ce qu’il va dire si mon fils échoue. J’aurais fait un raté, comme moi. »

Tout ceci ne s’est pas dit en un seul entretien. L’image du père-censeur et juge apparaît peu à peu ; mais c’est à elle de la verbaliser, et non à moi. Je la laisse faire, et dire. Je l’amène à comprendre non seulement l’importance, la réelle importance, de la réussite scolaire de son fils, mais bien au-delà, elle pointe du doigt ce qu’elle a tu pendant des années : son traumatisme. Le rejet. Le dénigrement. Être la honte de la famille.

Nous reprenons le travail. Il ne s’agit plus de régler un conflit mère-fils qui se cristallise autour du travail scolaire, mais de construire au-delà du traumatisme. De reconstruire la confiance en soi, l’estime de soi, qui sont inexistantes.

Il faut créer une motivation. Lever les freins. Supprimer les blocages. Les croyances négatives. Fixer un objectif – dans son cas, un objectif de vie.

Cette jeune femme est retournée au conservatoire. Elle s’y est inscrite. Elle veut recommencer à composer. Et enseigner.
Son fils a réussi correctement ses examens.
Les relations entre la mère et le fils sont apaisées.
Elle ne génère pas de nouvelle frustration. Il ne gère plus celles du passé.